Revenir à la page d'accueil
Bienvenue sur le site du CRAIF - Centre de Ressources Autisme Ile-de-France
  • vous êtes ici :
  • Accueil
  • >
  • L'autisme
  • >
  • autisme/Etablissements et services

autisme/Etablissements et services



Les établissements, services et entreprises ordinaires et spécialisés permettant l’accès à l’emploi


Les Etablissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT)

Personnes accueillies : personnes handicapées ayant la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) par la CDAPH
Age du public accueilli : 20 à 60 ans
Missions : l’ESAT permet aux personnes dont le degré d’autonomie n’est pas assez élevé pour travailler en milieu ordinaire, de travailler en milieu dit protégé et de bénéficier en parallèle d’un accompagnement médico-social.
Modalités d’admission : l’orientation est prononcée par la CDAPH
Prise en charge financière : les personnes qui travaillent au sein de l’ESAT bénéficient d’une rémunération qui ne doit pas être inférieure à 5% du SMIC et qui provient d’une part de l’établissement et d’autre part de l’Etat.
Sectorisation : oui

 

Les Entreprises Adaptées (EA)

Personnes accueillies : personnes handicapées ayant la Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) par la CDAPH, dont la capacité de travail est supérieure ou égale au tiers de celle d’un travailleur valide
Age du public accueilli : à partir de 20 ans
Missions : il s’agit d’entreprises qui emploient aussi bien des personnes valides que non valides, qui offrent les mêmes droits à chacun mais qui prend en compte le handicap des personnes et leur proposent à ce titre une formation qualifiante et un suivi dans l’emploi.
Modalités d’admission : l’orientation est prononcée par la CDAPH
Prise en charge financière : la rémunération des personnes doit au moins être égale au SMIC

 

Les entreprises du milieu ordinaire

Les personnes en situation de handicap qui bénéficient de la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé octroyée par la CDAPH peuvent également prétendre à diverses aides pour accéder à un emploi en milieu ordinaire. Cette reconnaissance donne droit à des stages de pré formation professionnelle, à un soutien de réseau spécifique en matière d’insertion des personnes handicapées tel que Cap Emploi, à des aides de l’agence de gestion des fonds pour l’insertion des personnes handicapées (AGEFIPH) dans le secteur privé ou du fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans le secteur public.

N.B : Pour obtenir plus d’informations sur les principales aides à la recherche, l’octroie d’emploi ou le statut des travailleurs handicapés, consulter les sites : www.agefiph.fr et www.handiplace.org.

 

Le Job-Coaching : un accompagnement vers l’autonomie

Le job coaching est une méthode Anglo-Saxonne qui vise à accompagner les personnes handicapées au travail.

Cette méthode est proposée en amont afin d’évaluer les capacités de la personne, les nécessités et le contexte du poste.
Suite à l’évaluation, le job-coach propose la mise en place d’outils facilitant l’accomplissement des tâches.
Le job-coach interviendra aussi pour répondre aux diverses difficultés que pourrait rencontrer le « coaché » au quotidien. L’objectif principal étant de ne pas laisser les difficultés s’installer.
Les temps d’accompagnements sont dégressifs mais le job-coach interviendra autant que nécessaire auprès de la personne en situation de handicap.

 

Comment savoir quelle est la structure la plus adaptée à la situation d’une personne en situation de handicap ?

Lorsqu’un type de structure ou de service vous est conseillé, il ne faut pas hésiter à le contacter afin de savoir quel est son fonctionnement, le type de prise en charge proposé, quelles sont les valeurs et références théoriques qui sous-tendent la prise en charge.

Les professionnels du Centre de Ressources Autisme de votre région ont, entre autres pour missions, de vous informer sur les structures existantes du territoire ainsi que sur leurs spécificités.

Que faire si la personne en situation de handicap n’est accueillie dans aucune structure ?

Dans le cas où la personne en situation de handicap se retrouve sans structure d’accueil, il existe plusieurs alternatives :

 

L’« accueil temporaire »

Il concerne toutes les personnes handicapées sous forme d’accueil discontinu ou d’une durée limitée. Il permet trois choses : de pallier à l’absence de place dans une structure, de prévenir l’épuisement familial en proposant une alternative aux familles qui se trouvent momentanément en difficultés avec leur proche présentant un handicap, l’épuisement de la personne en situation de handicap elle-même et enfin de soulager une institution qui se retrouve en difficulté avec une personne afin de réfléchir à une prise en charge plus adaptée.

Comment en faire la demande et comment la personne présentant un handicap peut-elle être admise ?

L’équipe qui accompagne la personne, ou bien la famille, peuvent effectuer la demande. Si la personne est prise en charge au sein d’un service ou d’une structure, l’assistante sociale pourra accompagner la famille dans ses démarches. L’admission est décidée par le directeur de l’établissement après autorisation de la CDAPH. Une admission directe en urgence peut être prononcée , le taux d'incapacité de la personne accueillie devra être au moins égal à 80% et la CDAPH devra être prévenue dans les 24heures suivant l'admission.

Combien de temps la personne peut-elle être accueillie ?

La durée est limitée à 90 jours par an et peut être à temps plein (tous les jours), partiel (quelques jours dans la semaine) et/ou séquentiel (par périodes prévues dans l’année).

Quelle est la prise en charge financière ?

Concernant les enfants et adolescents accueillis dans les établissements médico-sociaux, la prise en charge est totale.
Concernant les adultes, une participation journalière sera demandée n’excédant pas le forfait hospitalier journalier de 16 euros au 16 septembre 2009.

 

Les associations et les services d’aides à domicile spécialisés

Leur mode d’intervention varie. Les professionnels de ces associations ou services sont la plupart du temps des auxiliaires de vie ou des psychologues. Leur intervention a un coût : entre 15 et 20 euros de l'heure. La MDPH peut apporter une aide financière via le complément de l’AEEH ou bien la prestation de compensation du handicap (PCH).

 

Les associations et organismes de loisirs spécialisés

Des associations proposent diverses activités pour les jours de la semaine, les week-ends et les vacances. Des équipes spécialisées dans l’animation et le sport pour les personnes handicapées pourront accompagner l’enfant. Là encore, une aide de la MDPH (avec présentation de factures) pourra être exceptionnellement accordée.

N.B : Les Centres de Ressources Autisme peuvent renseigner sur les associations et les services existants sur le territoire.