Les Groupes d’entraide mutuelle (GEM), des lieux pour rompre l’isolement

Publié le 24.06.2021

GEM- Groupe d'entraide mutuelle

Les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) Autisme offrent un lieu d’échanges, d’activités et de rencontres afin de créer du lien et de l’entraide mutuelle pour les personnes autistes sans déficience intellectuelle ou en capacité d’aller vers une autonomie. D’ici la fin de l’année 2021, trois premiers GEM Autisme vont ouvrir à Paris et dans les Yvelines.

Les GEM, qu’est-ce que c’est ?

Les Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) sont des lieux associatifs, constitués entre personnes ayant des handicaps similaires accompagnées par un ou deux salariés (coordinateur et animateur). Ce sont des espaces de sociabilisation, qui permettent de tisser des liens entre pairs. Ils offrent également un lieu convivial pour se soutenir mutuellement dans les difficultés rencontrées, notamment en termes d’insertion sociale, professionnelle et citoyenne.

70 GEM Autisme en France

Initialement créés pour les personnes souffrant de troubles psychiques, les GEM ont été introduits par la loi Handicap du 11 février 2005. La nouvelle stratégie nationale autisme 2018-2022 prévoit l’ouverture d’un GEM dédié à l’autisme dans chaque département d’ici 2022. Le cahier des charges du 27 juin 2019 encadre la mise en place des GEM.

Le premier GEM Autisme voit le jour fin 2018. En juin 2021, on en dénombre plus de 70 (actifs ou en projet) dans toute la France. En Île-de-France, trois GEM vont ouvrir leurs portes en 2021 : à Paris, ainsi qu’à Poissy et Noisy-le-Roi dans les Yvelines (coordonnées disponibles ci-dessous).

Un lieu de sociabilisation pour et par les personnes autistes

Les GEM Autisme s’appuient sur le principe de la pair-aidance, c’est-à-dire l’entraide mutuelle entre personnes autistes. Les activités s’y déroulant sont choisies par les adhérents. Les GEM Autisme sont gérés par des associations créées par leurs membres. On n’y trouve ni psychiatre, ni psychologue, ni thérapeute. Chacun, par son parcours et son expérience, peut contribuer au fonctionnement démocratique et à la gestion du GEM, proposer des activités et bénéficier de l’aide des autres membres avec l’appui d’un coordinateur salarié.

Dans la pratique, le GEM est un lieu ouvert en semaine et au moins deux week-ends par mois. La participation de ses membres y est entièrement libre. Les GEM Autisme sont accessibles à toutes les personnes se reconnaissant dans les Troubles du Spectre de l’Autisme (TSA), diagnostiquées ou non.

GEM troubles psy / GEM Autisme : quelles différences ?

Co-président de la nouvelle Fédération des GEM Autisme (Fégema), Philippe Alain Vuillet a été président d’un GEM dédié aux troubles psychiques dans les Yvelines de 2017 à 2021 avant de s’impliquer dans le lancement des GEM Autisme en Île-de-France. Riche de cette expérience, il mesure l’importance de disposer de GEM dédiés aux TSA : « En tant que personne autiste, j’étais en fort décalage avec les autres membres du GEM Troubles psy. Il y a une grande différence entre vivre avec une psychose par exemple et les TSA. Les besoins ne sont pas les mêmes. Dans certaines circonstances où les autres allaient pouvoir se détendre, cela allait générer de la fatigue et des sollicitations sensorielles importantes pour moi », témoigne-t-il.

Dans les GEM Autisme, des adaptations sont apportées aux locaux pour limiter les stimulations sensorielles. Les membres sont aussi souvent plus jeunes : « La moyenne d’âge peut être de 50 à 55 ans pour les troubles psychiques, contre 18 à 30 ans dans un GEM Autisme. Ainsi, les dynamiques sont différentes, de même que les activités », explique Gaël Le Dorze, co-président de la Fégema et coordinateur du GEM La MAM en Alsace (lire l’entretien ci-dessous).

Une réponse au manque d’accompagnement pour les adultes autistes

Les GEM Autisme viennent ainsi répondre à un vrai besoin pour les adultes autistes.

« La situation est très difficile pour les adultes autistes sans déficience intellectuelle : suite à leur diagnostic, il n’y a rien ou presque pour les accompagner en dehors des GEM. C’est aussi compliqué pour les adultes en attente de diagnostic : en France et en Île-de-France, les services sont saturés et il y a des listes d’attente pour se faire diagnostiquer. Cela peut prendre plusieurs années. Les GEM Autisme offrent la compréhension, la tolérance, l’acceptation, l’aide et la bienveillance dont les adultes autistes ou en attente de diagnostic ont besoin », souligne Philippe Alain Vuillet.


Les premiers GEM Autisme en Île-de-France (ouverture à venir)

GEM Autisme de Paris
Adresse : 2 rue Saint-Just à Paris (17e) – Métro Porte de Clichy
Email : gem.autismes17@gmail.com

GEM Autisme de Poissy
Adresse : 61 boulevard Victor Hugo à Poissy (78)
Tél. : 07 88 72 32 11

GEM CAP-ACTYF de Noisy-le-Roi
Adresse : 17 ter, chemin de l'Abreuvoir à Noisy-le-Roi (78)
Mail : association.cap.actyf@gmail.com
Web : https://cap-actyf.f

La MAM à Mulhouse, « un lieu où les personnes autistes se sentent en sécurité »

Créée en 2018, La Maison de l’Autisme de Mulhouse (MAM) est l’un des premiers GEM Autisme à avoir ouvert ses portes en France. Aujourd’hui, ce GEM compte 70 adhérents. Interview de Gaël Le Dorze, coordinateur de la MAM, et lui-même personne autiste.

Pourquoi avoir décidé de créer La MAM à Mulhouse ? 

Cela répondait à un vrai besoin : dans le département, il est très difficile pour un adulte autiste d’accéder à un organisme sans rendez-vous, en dehors du Centre de Ressources Autisme du Haut-Rhin. D’où cette envie de créer un lieu dédié à la socialisation, l’accès à l’autonomie et l’insertion professionnelle, fait par et pour des personnes autistes.

Quelles activités sont proposées au GEM ? 

Le GEM est ouvert du mardi au samedi de 9h à 17h. De nombreuses animations sont proposées chaque semaine : des randonnées, des ateliers artistiques, des cafés littéraires, de la médiation animale, des groupes de parole, des cafés rencontres, des jeux de société, etc. Nous avons également mis en place dès l’ouverture du GEM un espace Snoezelen, c’est-à-dire un espace de stimulation multi-sensorielle et de détente. Nous disposons aussi d’un lieu d’exposition artistique.

Comment les adhérents parlent-ils du GEM ?

Pour eux, c’est un lieu où ils se sentent en sécurité. Ils n’ont pas peur d’être jugés et ne se sentent pas rejetés. Ils osent y parler de tout.

Quel est le profil des personnes qui viennent à La MAM ? 

Il est très varié. Nous comptons autant d’hommes que de femmes. Nous accueillons quelques adhérents avec une déficience intellectuelle et d’autres avec un niveau de fonctionnement très élevé. Nous sommes contents de ce brassage. Certains viennent deux fois par an, d’autres une fois par mois ou toutes les deux semaines. Certains viennent quasiment tous les jours et s’impliquent beaucoup dans son fonctionnement.

Comment le GEM a-t-il évolué depuis son ouverture en 2018 ? 

À l’origine, toutes les activités étaient proposées et animées par des animateurs. Les adhérents, eux, venaient uniquement pour participer aux activités.

Avec le temps, on a pu faire émerger des demandes d’activités provenant directement des adhérents et les impliquer dans l’animation du GEM. Aujourd’hui, certaines de nos activités sont animées par des personnes autistes. C’est par exemple le cas du café littéraire ou des sorties promenade. Parallèlement, des personnes ont aussi commencé à venir au GEM en dehors des temps d’animation, juste pour le plaisir d’y passer du temps.

Vous développez également au GEM une activité d’insertion professionnelle ? 

Les adhérents commencent à prendre conscience qu’ils peuvent se servir du GEM pour développer leurs compétences professionnelles. En effet, nous proposons quelque chose qu’une structure classique ne va pas offrir : nous permettons à une personne qui a un intérêt pour un métier de voir si elle va pouvoir continuer dans cette voie ou pas et nous lui offrons une expérience professionnelle.

Par exemple, une de nos adhérentes a un intérêt pour le dessin et la photo, sans que cela semble être un projet d’insertion professionnelle viable. En la réorientant vers le graphisme, qui est proche de ses intérêts, et en lui mettant à disposition un ordinateur avec des logiciels de création graphique au GEM, elle va pouvoir découvrir ce métier. De même, un des adhérents suit des études de comptabilité : il a pu faire un stage de comptabilité au GEM et est devenu membre du conseil d’administration du GEM. Et, à la prochaine mandature, il va devenir trésorier du GEM. C’est une expérience qu’il pourra valoriser.

Quel bilan tirez-vous de ces premières années d’activité du GEM ? 

Le bilan est très positif. On a pu constater les progrès réalisés par des personnes qu’on voit au GEM depuis plus de deux ans sur leur capacité à prendre la parole, à interagir avec l’autre, sur la confiance en soi et l’estime de soi, etc. En fréquentant le GEM, certaines personnes ont aussi pu se trouver un projet professionnel. D’autres qui n’étaient pas dans une dynamique à prendre un appartement le sont aujourd’hui.