Quels outils et méthodes d’intervention ?

Aucune méthode de prise en charge ne peut résoudre à elle seule toutes les difficultés liées aux troubles du spectre autistique.
Certaines approches éducatives et thérapeutiques peuvent néanmoins réduire certaines manifestations, développer les compétences, améliorer la qualité de vie et favoriser les interactions sociales. Celles-ci sont aussi appelées “méthodes d’intervention” par les professionnels.

Comment se repérer parmi les différentes méthodes ?

Les Recommandations de Bonnes Pratiques Professionnelles de la Haute Autorité de Santé (HAS) permettent d’orienter les personnes autistes, leur famille et leurs soignants dans la recherche de la prise en charge la plus appropriée. Elles définissent une hiérarchie entre les méthodes recommandées, celles non recommandées et celles non consensuelles.
Dans tous les cas, elles ne dispensent pas les professionnels d’adapter la prise en charge en fonction de leurs propres constatations sur le terrain et de leur connaissance précise de leur patient. 

Les méthodes recommandées

La HAS recommande des types d’interventions ayant un impact sur le développement psychomoteur, cognitif et social. 
Elles sont : 

  • précoces : si possible, avant l’âge de 4 ans et idéalement avant le diagnostic, dès lors qu'un écart de développement alerte la famille et les professionnels, 
  • globales : c’est-à-dire multidimensionnelles car agissant sur l’ensemble des signes de l’autisme (langage, interactions sociales, comportements…),
  • coordonnées : car impliquant de nombreux professionnels différents,
  • personnalisées : pour s’adapter aux situations physiques, psychiques et matérielles de chacun ;
  • individualisées : si possible, 1 accompagnant pour 1 enfant  ;
  • intensives : théoriquement, 25 heures d’intervention/semaine par des intervenants formés, ou au moins 20 heures/semaine par des intervenants formés, complétées par au moins 5 heures/semaine par les parents eux-mêmes, après une formation spécifique. Dans la réalité, cela est à adapter avec les emplois du temps et les budgets de chacun.

Toutes reposent sur une étroite collaboration avec les familles, considérées comme des partenaires clés du développement de l’enfant autiste. 

1. Les interventions fondées sur l’analyse appliquée du comportement, dite « ABA »

La méthode ABA est un traitement comportemental qui permet des progrès dans la communication, le langage, l’habileté sociale, l’autonomie, la propreté... Elle part des intérêts et des envies de la personne pour créer de la motivation, et ainsi rendre les apprentissages plus efficaces. Elle est composée de deux types d’enseignements :

  • structuré : assis au bureau, comme lors d’un apprentissage scolaire classique. Les séances s’enchaînent de manière rapide jusqu’à ce que l’enfant réussisse à répondre correctement sans aide. Dès qu’il ébauche une bonne réponse, il est récompensé (par un jouet, une félicitation…). S’il se trompe, il est corrigé de manière neutre
  • incidental : c’est-à-dire dans tous les moments de la vie quotidienne (à la maison, l’école, lords des sorties, des loisirs…)

En savoir plus sur l’ABA

2. Le programme de traitement et éducation des enfants avec autisme ou handicap de la communication, dit « TEACCH »

Cette méthode vise à adapter et structurer l'environnement de l'enfant avec autisme pour le faire gagner en autonomie.  Des repères visuels lui permettent d’organiser ses comportements et de mieux comprendre son cadre de vie. Cette approche, très personnalisée, est construite en collaboration avec la famille.

En savoir plus sur TEACCH

3. Le programme dit de « Denver » réservé aux tout-petits (entre 0 et 5 ans)

Il a pour but de susciter le développement d’un apprentissage en amenant l’enfant à interagir avec l’intervenant par l’intermédiaire du jeu et en privilégiant ses centres d’intérêt. 

En savoir plus sur le modèle Denver

4. La thérapie d’échange et de développement (TED)

Thérapie de rééducation fonctionnelle, elle se fonde sur l’interaction ludique entre l’enfant et le thérapeute pour travailler sur les capacités d’attention, d’intention, de contact, de communication... Elle est recommandée avant 4 ans, c’est-à-dire à un âge où la très grande plasticité neuronale favorise la rééducation des fonctions cérébrales.

En savoir plus sur la TED

En complément de ces méthodes globales, des interventions personnalisées plus spécifiques peuvent être proposées pour renforcer l’efficacité de l’accompagnement.
Par exemple : 

  • des séances d’orthophonie pour améliorer la communication et le langage ; 
  • suivi d’un psychologue pour travailler sur les aspects cognitifs ; 
  • accompagnement par un psychomotricien ou un ergothérapeute pour le développement sensoriel moteur ; 
  •  jeux de rôle, groupes de parole ou psychothérapies individuelles pour la gestion des émotions… 

Evaluer régulièrement

Chaque personne autiste réagira différemment à ces différentes méthodes de prise en charge. Certaines approches seront plus efficaces que d’autres selon les situations. C’est pourquoi il faut évaluer très régulièrement les progrès réalisés pour adapter et réorienter l’accompagnement au besoin. 


Les méthodes non recommandées

Parmi les interventions globales, certaines sont non recommandées par la HAS. En cause : l’absence de preuves sur leur efficacité, leur manque de fondement théorique ou une trop grande divergence dans les avis exprimés.

  • Programme Son Rise et méthode Sun Rise : fondée sur une intervention à domicile, menée par les parents, elle provoque d’importants déséquilibres au sein des familles.
  • Méthode des 3i : à domicile, très intensive (40 h/semaine), elle a pour conséquence une déscolarisation qui peut être préjudiciable pour l’enfant ou l’adolescent. Par ailleurs, aucune donnée scientifique ne permet de juger de son efficacité.
  • Méthode Feuerstein : pour les enfants avec un retard mental. Aucune étude scientifique n’a prouvé ses effets dans le cadre des troubles du spectre autistique.
  • Méthode Padovan ou réorganisation neurofonctionnelle : aucune preuve sur son efficacité ou sa sécurité n’a été apportée.
  • Méthode Greenspan (ou Floortime) : reposant sur la stimulation par le jeu, elle n’est pas recommandée en tant que méthode exclusive. Elle peut néanmoins être intégrée dans le cadre d’interventions coordonnées. 
  • Méthode Doman-Delacato : proposés aux enfants ayant des lésions du système nerveux central, ces exercices quotidiens exigent de longues séances de manipulations. Aucune étude n’est venue confirmer la pertinence de cette approche.
  • Le recours au mélange gazeux dioxyde de carbone-oxygène parfois associé à la démarche Doman-Delacato est également à éviter. 

Les méthodes non consensuelles 

En raison de l’absence de données prouvant leur efficacité et la divergence des avis exprimés, les experts de la HAS n’ont pu conclure à la pertinence des prises en charge fondées sur les approches psychanalytiques et de psychothérapie institutionnelle.

En revanche, les psychothérapies individuelles restent recommandées, selon les besoins de l’enfant ou adolescent et avec l’accord des parents, quand elles sont proposées en tant qu’interventions spécifiques et complémentaires afin d’aider à mieux gérer son anxiété et ses émotions. 

Mais aussi…

La liste des méthodes analysées par la HAS n’est pas exhaustive. Certainement avez-vous aussi entendu parler d’autres interventions qui ne sont pas encore évaluées ou sont en cours d’évaluation. Par exemple : 

  • Le PACT (Pre-School Autism Communication Trial)ou “thérapie de communication pour les enfants avec autisme d’âge pré-scolaire”
    Intervention précoce (dès 2 ans), elle a pour objectif d’aider les parents à communiquer avec leur enfant. Elle se fonde à la fois sur les connaissances du thérapeute et sur les interactions naturelles entre les parents et l’enfant. Pour ce faire, elle utilise notamment des vidéos des parents et de l’enfant, commentées par le thérapeute.
    En savoir plus sur le PACT
  • Le modèle Saccade 
    À l’instar du langage des signes pour les sourds et malentendants, le LSC (Langage Saccade Conceptuel) est un langage adapté aux personnes autistes. Principalement graphique, il favorise la communication et les interactions.
    En savoir plus sur Saccade
  • La méthode PROMPT (Restructuring Oral Muscular Phonetic Targets)
    Méthode d'orthophonie sensori-motrice, elle vise une rééducation du langage, notamment en aidant la personne autiste à sentir le placement correct de sa langue et de sa bouche pour chaque son ou mot.
    En savoir plus sur PROMPT
  • Le PODD (Pragmatic Organisation Dynamic Display)
    Pour faciliter les échanges avec la personne autiste, elle met en place des cahiers ou classeurs de communication composés de différents types de symboles (pictogrammes, illustrations, mots...).
    En savoir plus sur PODD

Outils d’aide à la communication

Il vous arrivera aussi de rencontrer des outils d’aide à la communication tels que : 

  • Le PECS (Picture Exchange Communication System)
    Il s’agit d’un système de communication fondé sur l’échange d’images.
    En savoir plus sur le PECS

Et les traitements médicamenteux ?

Aucun médicament ne guérit l’autisme. Mais des traitements peuvent être nécessaires pour alléger ou soigner certains troubles ou maladies associés (comorbidité) : épilepsie, états dépressifs ou anxieux, problèmes de sommeil, etc.
En savoir plus sur la santé des personnes autistes 


Attention aux leurres !

Traitements antibiotiques continus, régimes draconiens, chélateurs de métaux lourds qu’il faut aller chercher à l’étranger… Des sites Internet vantent des remèdes miracles pour soigner l’autisme. Un seul conseil : soyez vigilants ! Leur motivation est bien souvent mercantile et certains peuvent s’avérer dangereux pour la santé. 
En cas de doute, contactez le CRAIF ou les professionnels qui vous accompagnent au quotidien. 


Pour en savoir plus 

Les troubles du spectre de l’autisme : guide explicatif pour les familles 
Synthèse des interventions recommandées et non recommandées dans la prise en charge des TSA 
Formation en ligne sur Canal Autisme sur les recommandations de bonnes pratiques de la HAS
Dossier « Connaître les thérapies » par Autisme Info Service

A consulter également sur le site du CRAIF
Quel accompagnement ?
Je cherche un groupe d’habiletés sociales pour mon enfant ou pour moi